Liège-Verviers

Téléscope Einstein : des retombées pour les entreprises de la région

4 Minute(s) de lecture

Quiconque pense que le télescope Einstein (ET), qui vaut des milliards, n’a rien à voir avec les PME/entreprises régionales se trompe.

En mars 2021, la nouvelle initiative eurégionale ET2SMEs (https://et2smes.eu) a été lancée sous la direction d’AGIT, l’agence de développement économique de la région d’Aix-la-Chapelle et de 6 partenaires eurégionaux. Son objectif est de rapprocher le télescope Einstein des entreprises  de la région, et de les faire participer directement en termes de développement technologique et d’exploitation économique. La préoccupation la plus importante est de stimuler la coopération transfrontalière axée sur l’innovation entre les entreprises à vocation technologique et de produire des innovations ciblées qui soient significatives non seulement pour le télescope Einstein, mais aussi pour d’autres applications et marchés exigeants.

Les entreprises de la région frontalière pourront se porter directement candidates aux appels d’offres et donc aux nombreux contrats impliquant le télescope Einstein.

Mais comment les entreprises de haute technologie, les start-ups ou les industries de l’aménagement du territoire et de la construction peuvent-elles tirer profit d’un projet qui ne sera pas opérationnel avant les années 2030 ? “Dans toutes les phases, de la planification à la construction jusqu’à l’exploitation régulière de l’installation, les entreprises de la région frontalière pourront se porter directement candidates aux appels d’offres et donc aux nombreux contrats impliquant le télescope Einstein”, clarifie Annick Pierrard responsable du projet ET2SMEs à l’Interface Entreprises-Université de Liège. “Cependant, l’initiative de notre projet va beaucoup plus loin : nous fournissons des vouchers d’innovation d’une valeur de 25 000 à 50 000 euros pour des projets de R&D de haute qualité portant sur des technologies pertinentes pour l’ET et lancés au-delà des frontières, par au moins deux entreprises dont une PME.”

Mais ce n’est pas tout : les entreprises intéressées recevront également une aide directe pour étendre leur réseau commercial aux pays voisins, notamment pour trouver la PME/entreprise partenaire adéquate. Elles auront également la possibilité de présenter leur savoir-faire et leurs compétences particulières dans un modèle virtuel en 3D du télescope Einstein. Les technologies d’exploitation du télescope Einstein qui présentent un intérêt particulier sont les suivantes : cryogénie, vide, mécanique/mécatronique de précision, capteurs, optique et métrologie optique, revêtement des miroirs, lasers et algorithmes de contrôle avancés.

Toutefois, de nombreuses autres compétences technologiques en géologie, en technologie des tunnels, en imagerie géophysique et en télédétection, en simulation et modélisation, ainsi qu’en technologies de l’eau sont également nécessaires pour l’exploration souterraine et la construction de l’installation, pour n’en citer que quelques-unes.

Enfin, les entreprises ont la possibilité de participer à un Advisory Board Industriel ET, organisé conjointement par E-TEST, ETpathfinder et ET2SMEs, entre les entreprises et la recherche, pour l’installation à grande échelle, en tant que partenaire de dialogue et conseiller dès maintenant, et dans les années à venir.

Trois partenaires wallons sont directement impliqués dans ce projet :

  • L’interface Entreprises-Université de Liège, également coordinateur du projet E-TEST, assure le lien direct entre les deux projets E-TEST et ET2SMEs et les activités conjointes, la communication, l’établissement du catalogue en ligne des technologies de l’ET, la gestion des vouchers destinés aux PMEs et la bonne organisation de l’Advisory Board Industriel ET conjoint aux différents projets ainsi que sa pérennisation au-delà de la fin du projet. 
  • Skywin, le pole aérospatial wallon, assure la coordination du Mapping d’entreprises, qui comprend le pilotage de l’outil en ligne proposé par la Sowalfin, la diffusion des opportunités technologiques auprès des acteurs wallons, les visites d’entreprises, la création des clusters regroupant les acteurs actifs sur les  technologies requises pour le développement de télescope Einstein et l‘analyse des forces et faiblesses de chacun de ces clusters technologiques. 
  • Sowalfin met à disposition de l’ensemble des partenaires de l’EMR un outil en ligne de Cartographie et de référencement des compétences regionales, appelé Plateforme CRAFT. Les entreprises et centres de recherche recensés auront ainsi l’occasion de présenter leur savoir-faire et leurs compétences particulières dans un modèle 3D virtuel de l’ET que permet cette technologie CRAFT. 

Le télescope Einstein est un projet de recherche unique ayant un impact mondial qui placera l’Europe à l’avant-garde d’une nouvelle discipline de recherche dans le monde entier : L’observatoire d’ondes gravitationnelles de la dernière et troisième génération produira des informations fondamentalement nouvelles sur la formation de l’univers et l’évolution des galaxies, des étoiles et des trous noirs.  Cette technologie “de pointe” n’est pas seulement associée à un bond en avant de la qualité de la recherche européenne. L’investissement pour cette seule installation de recherche à grande échelle s’élève à au moins 1,7 milliard d’euros, 500 emplois directs et 1 150 emplois indirects seront créés et 2 milliards d’euros supplémentaires sont estimés pour son exploitation jusqu’en 2080.

L’Euregio Meuse-Rhin élargie est, avec la Sardaigne (IT), la dernière région d’Europe à avoir posé sa candidature pour l’implantation de cette installation. Le télescope doit être construit à une profondeur d’environ 300 m sous la surface de la terre, dans un environnement géologique aussi peu perturbé que possible, et consistera en un triangle de 10 km de côté. Une décision finale sur l’emplacement est attendue en 2024, et l’installation devrait être mise en service à partir de 2032. Dans le cadre des programmes Flandres-Pays-Bas et Euregio Meuse-Rhin, de nombreuses initiatives et projets préparatoires d’un volume d’environ 45 millions d’euros sont déjà mis en œuvre, notamment d’une part la construction et l’exploitation d’une installation pilote de l’ET à Maastricht (ETpathfinder), et d’autre part, les études de conception et d’emplacement du sous-sol ainsi que la construction d’un prototype – un grand miroir suspendu à température cryogénique (10 Kelvin) (E-TEST).

Copyright ULIEGE

3507 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

Dim3, spécialisée en médecine connectée, décroche de nouveaux moyens

3 Minute(s) de lecture
Dim3 développe, produit et commercialise des plateformes cliniques expertes d’aide à la décision médicale dans la gestion de la nutrition des patients…
Liège-Verviers

HEC Liège a son nouveau campus

2 Minute(s) de lecture
A new campus for a bigger impact. C’est le leitmotiv qui prévalait ce jeudi dans le quartier Saint-Gilles à Liège lors de…
Liège-Verviers

Amos participe à la conception du télescope géant ELT, le plus grand actuellement en construction

2 Minute(s) de lecture
Voilà une nouvelle référence d’envergure pour la société liégeoise Amos : la spécialiste des télescopes d’astronomie professionnels dans le monde entier est en…