Namur

Avec sa nouvelle usine, IsoHemp quintuple sa capacité de production

2 Minute(s) de lecture

La société IsoHemp (Fernelmont) a inauguré une nouvelle usine de 2 hectares, à deux pas de l’ancienne. Avec cette infrastructure flambant neuve, l’entreprise atteindra une production annuelle de 5.000.000 blocs de chanvre.

Outre une meilleure recyclabilité des bâtiments, la compensation des ressources qui deviennent rares, la rénovation énergétique, la réduction de l’impact CO2 dans le secteur de la construction est un des piliers européens vers un monde plus durable.

La nouvelle usine doit aussi se comprendre dans la logique d’un monde plus durable,” explique Olivier Beghin, un des fondateurs d’IsoHemp. “Construire une maison avec des blocs de chanvre est une alternative abordable, saine et durable à la manière conventionnelle de bâtir, avec un impact CO2 nettement inférieur. Avec notre nouvelle usine, nous augmentons notre standard qualité, ainsi que la capacité de production de blocs de chanvre de 400%, ce qui à son tour permettra de construire cinq maisons par jour et à terme jusque 1.800 maisons par an. De cette manière, nous contribuerons considérablement à la décarbonisation du secteur de la construction et à la réalisation des objectifs climatiques européens ambitieux.”

La nouvelle usine et ses investisseurs
La nouvelle unité de production s’étend sur une superficie de deux hectares, à deux pas de l’ancienne usine et représente un investissement de 5 millions d’euros.

Pour le développement de cette nouvelle usine, IsoHemp a pu compter sur ses investisseurs.  Cette réalisation a été soutenue financièrement par Nomainvest et Cheniclem Private Equity,  les holdings d’investissement des familles Noël et Jolly, la SRIW (Société Régionale d’Investissement de Wallonie), la JCMLA Holding nouvellement rentrée dans le capital (et représentée par Sophie Leclercq de CIT Blaton), Tharsos Invest (fondateurs de Mainsys Group) et les fondateurs.

Demande croissante
“Tout le monde se rend compte de l’urgence d’agir et de vivre différemment, nous voyons clairement une demande croissante pour le bloc de chanvre,” poursuit Olivier Beghin. “Cette évolution n’est d’ailleurs pas spécifique à l’Europe, car nous recevons des demandes des quatre coins du monde, des États-Unis à l’Australie, et de l’Afrique de Sud à la Russie. Pour répondre à cette évolution, nous disposons désormais d’une usine unique au monde. Et nous avons toutes les raisons de croire que cette demande est encore amenée à croître dans les années à venir.”

A plus long terme, IsoHemp prévoit l’installation de nouvelles usines. “Si nous souhaitons véritablement travailler de manière durable, transporter les blocs de chanvre sur des trajets plus longs que 500 à 800 km n’a aucun sens, nous préférons donner la priorité au circuit court.”

Il est évident que ce nouveau site de production ouvre de nombreuses perspectives pour IsoHemp, le leader mondial du bloc de chanvre. D’un côté la possibilité de répondre à la demande croissante des quatre coins du monde, de l’autre un ancrage belge plus approfondi à travers son actionnariat et sa philosophie de préserver le circuit court pour une qualité de produit irréprochable.

3186 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Namur

22 octobre : Super Jobday Construction à Namur Expo

2 Minute(s) de lecture
Le Forem et ses partenaires du secteur de la construction organisent deux actions pour l’emploi dans le cadre du salon professionnel Batireno…
Namur

OptiBiomasse : quand recherche anti-COVID et Intelligence Artificielle se rencontrent

3 Minute(s) de lecture
Depuis 2017, le projet OptiBiomasse envisage les molécules d’intérêt à l’attention du secteur pharmaceutique et parapharmaceutique. Y ont été successivement étudiés :…
Namur

Analis et Dutscher créent la société Dulis

1 Minute(s) de lecture
Une nouvelle entreprise vient de voir le jour à Namur. Baptisée Dulis, elle est une joint-venture créée par deux sociétés actives dans…