Liège-Verviers

Ecluse de Monsin : du pétrole pour l’hiver

2 Minute(s) de lecture

Est-ce enfin le début du bout du tunnel pour les travaux de réfection du barrage de Monsin ? Les travaux ont commencé à l’été 2019. Il s’agissait de remplacer six vannes hydrauliques datant de la construction du barrage en 1930, quatre ans après les grandes inondations de 1926. 

Il y a 90 ans, l’objectif était de supprimer plusieurs écluses en amont, dans la traversée de Liège, de rendre le fleuve navigable toute l’année, y compris pendant les périodes d’étiage, et de réguler son débit en cas de crues importantes. Lors des inondations catatstrophiques de la mi-juillet, les mesures prises à Monsin – et aussi à Lanaye – ont permis d’éviter que le centre de Liège ne soit submergé par les eaux.

Une réserve stratégique de pétrole inaccessible

L’écluse de Monsin est d’une grande importance, tant pour la Meuse que pour le Canal Albert. Pour le canal, elle est en effet située au début d’un bief de 45 kilomètres qui se prolonge jusqu’à l’écluse suivante, celle de Genk. Sur la Meuse, elle permet l’accès des bateaux jusque 3.000 tonnes venant d’Anvers ou même de Rotterdam à destination du port pétrolier de Wandre.

Le port pétrolier liègeois assure l’approvisonnement non seulement d’une grande partie de la Wallonie mais aussi des immenses cuves blanches, posées au bord du fleuve, qui contiennent une « réserve stratégique » de 250.000 tonnes. 

Pour ne pas interrompre la navigation, le SPW mobilité-infrastructures et les responsables du chantier ont décidé en 2019 de ne remplacer que deux vannes par an. Cependant, pour la mise en place de la nouvelle porte aval de l’écluse proprement dite, on savait qu’il serait impossible d’échapper à une fermeture totale de trois semaines, avec comme conséquence un risque de pénurie car la fameuse réserve stratégique devait demeurer intouchable.

Déjà lors de la crue du mois de juillet, que les bateaux n’ont évidemment pas pu affronter, les autorités n’avaient permis l’accès à la réserve que… deux jours avant la réouverture à la navigation. Rien de tout cela lors des travaux entrepris le 17 septembre ! Heureusement, prévenus de longue date, les distributeurs avaient pris leurs précautions. L’or noir est resté disponible, au grand soulagement de certains revendeurs qui, sinon, auraient peut-être été contraints de « fermer boutique » avec les conséquences que l’on peut imaginer pour les consommateurs et l’activité économique en général.

Une porte lourde de 45 tonnes

La dernière phase de modernisation de l’écluse, la plus spectaculaire, a commencé le dimanche 3 octobre avec le levage et le montage de la nouvelle porte aval. L’opération s’est bien déroulée en dépit des conditions atmosphériques défavorables. C’est avec impatience que les bateliers attendent à présent l’autorisation de reprendre le chemin de la Basse-Meuse, en principe, à partir de ce vendredi après-midi. 

Il ne restera plus qu’ à terminer la rénovation du barrage. Les délais seront (presque) respectés en dépit de la pandémie et de la carence de certaines pièces métalliques commandées d’abord en Asie puis en Italie et finalement fabriquées en Belgique… Parfois, on est quand-même poète en son pays !

La fin de l’ensemble du chantier est prévue pour le printemps 2022.   

Image par Manfred Richter de Pixabay 

41 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

Le Conseil d’administration confirme Leon Van Rompay au poste de CEO de Mithra

2 Minute(s) de lecture
Le Conseil d’administration de Mithra a confirmé la nomination de Leon Van Rompay au poste de Chief Executive Officer. En février dernier,…
Liège-Verviers

Le Fonds Simenon est désormais en Outremeuse à Liège

3 Minute(s) de lecture
L’Université de Liège, depuis 1976, est bénéficiaire de la donation que Georges Simenon lui a faite de ses archives littéraires, patrimoine exceptionnel…
Liège-Verviers

Première en Wallonie : le Port de Liège accueille un transfert transfrontalier de terres contaminées en vue de leur traitement et leur recyclage au Port de Monsin

3 Minute(s) de lecture
La société Envisan, division environnementale du groupe Jan De Nul spécialisée dans le traitement et la valorisation des déchets et concessionnaire du…