HainautNon classé

Sylvie Trezegnies de Chauffage Confort : une femme dans un métier d’homme, à la tête d’une société familiale

4 Minute(s) de lecture

Propos recueillis par Tatiana Hamaide
Photo de Sylvie Trezegnies avec son père René+

Qu’est-ce qui vous a menée à la tête de la société Chauffage Confort ?
Je représente la 4ème génération de cette société familiale fondée en 1912. Formée à la fiscalité et au secrétariat, ainsi qu’aux langues, j’avais à l’origine dans l’idée de partir entreprendre à l’étranger. En 1995, afin de cotiser avant mon départ, j’avais rejoint la société en tant que secrétaire puis, très vite aussi, en tant que comptable. En 1999, un risque de faillite se fait ressentir et j’obtiens un plan d’apurement en me mobilisant.

En 2002, mon père (René) tombe malade et je me mets co-gérante avec lui : le temps qu’il se remette un peu, je suis aidée et formée au métier grâce à deux représentants en chauffage et toiture. A l’époque, il s’agissait en effet d’une double entreprise : Chauffage Confort et Toiture Service. Je prends goût au métier. Mon père revient travailler et je l’accompagne plus que jamais chez le client, révise les devis, m’investis. Côté toiture, je l’accompagne aussi chez le client et je monte bien volontiers sur les toits ! Ce qui ne manque pas d’étonner certains clients. Mon père m’a beaucoup appris le métier, y compris la partie technique. Enfant, j’étais un peu garçon manqué et il m’emmenait déjà sur ses chantiers. J’aimais ça ! Je lui avais même déclaré « Plus tard, je serai plombière comme toi ! ». Ce à quoi, il m’avait répondu : « Une fille dans la construction ? Ça, jamais ! » et, par la suite, il n’a pas hésité à me mettre des bâtons dans les roues. Avec le temps et l’expérience de terrain, j’ai su lui prouver que j’étais douée pour ce métier. Un jour, il s’est excusé et m’a dit à quel point il était fier de moi.

Sa maladie s’aggravant, mon père s’arrête de travailler en 2010 et je reprends cette fois le rôle de gérante seule. En 2019, je perds la société Toiture Service : nous avions beaucoup de faillite de sous-traitants malgré le nombre important de bons de commande. Mais, les banques ne nous ont pas suivis. Cette perte que je considérais comme celle d’un de mes deux bébés, cumulée aux difficultés liées à la situation Covid en 2020-2021, ne m’ont pas facilité la vie, ni celle de l’activité chauffage et sanitaire restante. Cependant, le Covid m’a permis de devenir dépanneuse de chaudière car je n’avais plus d’ouvriers à cette période-là pour intervenir. C’est donc moi qui allais chez les clients, des particuliers. Aujourd’hui, petit à petit, l’activité se redresse et l’équipe est renforcée…

Quelle est votre plus grande fierté sur le plan professionnelle ?
Ma plus grande fierté est que je suis devenue plombière ! Malgré toutes les difficultés rencontrées pour exercer ce métier d’homme en tant que femme, les crises sanitaires ou financières rencontrées, les aléas de la vie… Je suis fière aussi d’avoir récupéré pour Chauffage Confort les agrégations toitures que nous avions perdues. Enfin, je suis fière quand je reçois des remerciements de mes clients !

Quels sont vos projets futurs ?
Nous fêterons les 110 ans de la société le 24 septembre prochain. Pourquoi 110 ans ? Il était temps, selon moi, que l’on respire et célèbre après le Covid. Et d’ailleurs, n’est-ce pas aussi un chiffre rond ? A cette occasion, comme pour les 100 ans des sociétés Chauffage Confort et Toiture Service que nous avions fêtés, nous réunirons notre personnel, nos clients, fournisseurs et amis, sur notre site de Péronnes-lez-Binche. Nous profitons de cette occasion pour ranger, rénover et réorganiser nos espaces de fond en comble. Une exposition-musée retracera l’évolution, l’historique des sociétés familiales.
J’ai pour projet aussi de poursuivre l’évolution de la société Chauffage Confort. J’ai fait le deuil de la société Toiture Service et souhaiterais aller de l’avant.

Quel est votre credo, votre devise ?
« A l’impossible, nul n’est tenu » ou, dans le même ordre d‘idée, « Il y a une solution à tout ».
Je trouve en effet facilement la solution, qu’elle soit technique ou autre, en cas de problème. Il suffit, selon moi, de faire juste un peu preuve de patience.

Être une femme dans un métier d’homme, comment ça se passe ?
Travailler dans la construction en tant que (jeune) femme est parfois rude. Par le passé, mon père me servait de « garde-corps » dans des salons professionnels, par exemple. Dernièrement, sur une formation technique (Viessmann) remplie d’hommes, je suis arrivée en retard dans la salle. Tous les regards se sont tournés vers moi ! Avec le temps, j’ai pris l’habitude de ces regards étonnés mais, parce que je suis correcte et efficace, les gens me respectent. Mes représentants me répètent d’ailleurs régulièrement « Mais, tu sais qu’on t’aime bien « ! » et mes ouvriers « Tu avais raison chef ! ». Les clients me respectent aussi parce qu’ils sont satisfaits du service et du climat de confiance que j’instaure avec eux.

Et que dire encore des titres de lauréat gagnés à des concours tels que « Elles créent » (organisé en Hainaut occidental) ou « L’homme de l’année » en 2011 (proposé par le groupe Sudpresse) ou, en 2013, le Grand Prix Wallon de l’Entrepreneuriat – catégorie Reprise (organisé par l’ASE) ? Si ça, ce ne sont pas de belles reconnaissances de ma place faite dans ce métier !

CHAUFFAGE CONFORT SPRL, en bref :

  • Secteur d’activité : dépannage, réparation et installation de chauffages, sanitaires, plomberie
  • Date de création : 1912 (Etablissement Trezegnies et fils) – Chauffage Confort a été constitué en 1986. Lieu : Péronnes-lez-Binche
  • Nombre de collaborateurs : 4 ouvriers et 2 employés
  • Chiffre d’affaires : 670.975 € (pour 2021)
  • Agrégations : l’entreprise est agréée mazout (Certificat Cédicol) et G1 (gaz) pour le Hainaut ainsi que l’habilitation gaz (Certificat Cerga)
Vous pourriez aussi aimer
CCIHainaut

La directive lanceurs d'alerte et le rôle de nos Chambres

6 Minute(s) de lecture
Wouter van Gulck,General Manager de Belgian Chambers CCIH : En quoi consiste la directive européenne des lanceurs d’alerte ? Et où en…
Non classéWallonie picarde

Tournai : Maison Expo dépose ses valises jusque fin juin aux Bastions

1 Minute(s) de lecture
Nous avions quitté Eric Delonnette en 2020 sur un succès tonitruant pour la seconde édition de son salon de la construction Belhabitat….
Hainaut

PORTRAIT - Be Mind Coaching : Révéler le meilleur de soi-même et de son entreprise

3 Minute(s) de lecture
Be Mind Coaching accompagne les entrepreneurs à créer ou développer leur entreprise selon une approche intégrée reposant sur trois axes : la stratégie, l’être et l’efficience.