Liège-Verviers

Une nouvelle ère pour la Cité administrative de Liège

5 Minute(s) de lecture

C’est la fin d’un vaste chantier. La Cité administrative de Liège a retrouvé une nouvelle jeunesse après une rénovation en profondeur entamée en août 2020.
Les différents services de la Ville de Liège et du CPAS seront à nouveau accessibles dans ce nouveau bâtiment dès le 15 mai 2023. Des portes ouvertes au public sont programmées ce samedi de 13 à 16h et ce dimanche de 10h à 15h.

La Cité administrative est un bâtiment symbolique et un point de repère dans le paysage urbain liégeois. Culminant à 67 mètres de hauteur entre le quartier Feronstrée et le quai de la Batte, elle fait partie des «gratte-ciel» de Liège.

Sa rénovation offre notamment un bâtiment exemplaire à la pointe de la technologie en réponse aux défis énergétiques, avec notamment de la géothermie.
Elle marque le retour de 550 agents communaux au centre-ville et un regroupement des services de la Ville de Liège et du CPAS.

Le budget total de la rénovation s’élève à 31 millions d’euros, avec une intervention du Feder (Europe) de 11,15 millions d’euros et de la Wallonie à hauteur de  13,94 millions d’euros, le solde étant pris en charge par la Ville de Liège.

Ce marché a été attribué à un “groupement” constitué par convention de 3 composantes : la composante “Conception” représentée par la SASPJ SM “Baumans-Deffet Canevas”, la composante “Exécution” représentée par la société momentanée “Les Entreprises GILLION-ELDW sa” et la composante “Maintenance” représentée par la SA “IMTECH Belgium”.

Historique

copyright Archives de la Ville de Liège

Au début des années 60, la volonté communale était de regrouper les nombreux services dispersés dans la ville. À partir de 1962, de nombreuses bâtisses ont été rasées pour que la métamorphose de tout un quartier puisse se réaliser. La même année, la S.A. Constructions et Entreprises industrielles est chargée de la construction de trois édifices sur une surface de plus de 11.000 mètres carrés : un complexe commercial composé de quatre étages qui sera occupé par l’Innovation, un parking public de 184 emplacements et une tour de 18 étages avec un parking pour 64 véhicules.
Démarrée en 1963, la construction de la Cité administrative s’achève en 1967.

Les architectes de la tour, Jean Poskin et Henri Bonhomme, se sont inspirés du style international, un courant architectural en vogue à l’époque. Ensemble, ils signeront plusieurs « gratte-ciel » liégeois :  la Tour Simenon en 1963, la Cité administrative donc en 1967 et la Tour Kennedy en 1970.

Le style international est un courant architectural que l’on retrouve entre les années 1920 et 1980. Sa caractéristique principale est d’ériger des bâtiments aux lignes verticales élevées (« bâtimentstours»), aux surfaces extérieures lisses et sans ornementation. Les principaux matériaux utilisés sont le béton, l’acier et le verre.

Véritable emblème de l’Administration liégeoise, le bâtiment construit en 1967 ne répondait plus aux normes actuelles en matière de confort, de sécurité et ne permettait plus de recevoir les citoyens dans des conditions optimales.

Dès 2011, le déménagement des employés de la Cité administrative s’opère. Ce sont tout d’abord les services des travaux qui migrent vers la rue de Namur. En 2016, les services informatiques seront les derniers à quitter la Cité pour s’installer dans le bâtiment de la rue des Guillemins.

Zéro carbone

A côté d’objectifs liés à l’accueil des citoyens, à l’organisation du travail avec une synergie Ville-CPAS ou encore au bien-être du personnel, la rénovation est axée par ailleurs sur le zéro carbone.

La Cité administrative est désormais un bâtiment présentant des performances énergétiques très élevées via la révision complète de son enveloppe extérieure et la mise en oeuvre de techniques optimisées. La Ville de Liège s’est engagée à développer un projet qui réponde aux objectifs de la norme européenne «Nearly zero energy». Depuis 2018, cette norme est d’application pour les bâtiments publics. Celle-ci prévoit que la quantité quasi nulle ou très basse énergie requise doit être couverte dans une très large mesure par de l’énergie produite à partir de sources renouvelables sur place ou à proximité.
La rénovation de ce bâtiment constitue donc un témoin de l’innovation, assure la Ville.

La Cité ne sera plus raccordée au gaz de ville et fonctionnera de manière totalement indépendante pour ses besoins en chauffage et en refroidissement.
On peut classer ces techniques en 2 catégories :

1. la compensation des consommations

Via les panneaux photovoltaïques

La Cité continuera bien évidemment à consommer de l’électricité, les ordinateurs étant la principale source de consommation. Cette dernière sera d’une part produite par la mise en place de 1 600 m² de panneaux photovoltaïques sur site installés sur les deux pignons sans fenêtre, la toiture de la tour et les toitures des péristyles. Et d’autre part, par des installations photovoltaïques situées hors site.

2. la diminution des émissions

Via la géothermie

La géothermie rassemble l’ensemble des techniques permettant de récupérer la chaleur contenue dans le sous-sol ou dans les nappes d’eau souterraines. Dans le cas de la Cité administrative, 5 puits de 15 mètres de profondeur chacun ont été creusés dans le lit de la Meuse afin d’assurer les besoins en production de chaleur et de froid. L’eau de la nappe a une température moyenne comprise entre 12 et 15°C.
En hiver, la pompe à chaleur géothermique va compiler, augmenter et transférer cette «chaleur» prélevée dans la nappe vers les espaces de la Cité administrative à chauffer.
En été, la fraicheur de la nappe servira à refroidir l’air ambiant du bâtiment via des plafonds rayonnants.

Via l’isolation

L’isolation performante est aussi une des clés de cette rénovation. Les deux pignons aveugles de la tour sont isolés thermiquement et les façades de la tour et de la nouvelle annexe sont pourvues de 5 000 m² de nouveaux châssis double vitrage; le choix des vitrages étant différent en fonction de l’orientation.

Via l’éclairage intelligent

La fonction traversante des espaces de travail apportant beaucoup de lumière naturelle, la consommation d’électricité liée à l’éclairage est d’emblée réduite. Chaque étage sera équipé d’un éclairage intelligent qui s’adaptera automatiquement à la luminosité extérieure. Cet éclairage sera également relié à des détecteurs de présence afin d’éviter toute consommation inutile.
La façade côté Meuse est en complément munie de pare-soleils pour éviter la réverbération du soleil. Chaque fenêtre sera équipée d’un store réglable,

Via une Gestion technique centralisée (GTC)

La gestion de l’ensemble des équipements techniques (ventilation, refroidissement, chauffage, domotique éclairage) sera automatisée au départ d’un système informatique plus connu sous le nom de Gestion Technique Centralisée (GTC), ce qui permettra d’optimiser les paramètres et ainsi éviter les pertes et consommations inutiles.

A l’extérieur

La rénovation de la Cité administrative passe également par des aménagements extérieurs. Un nouveau volume de 4 étages, d’une emprise au sol réduite permettant l’aménagement d’espaces dégagés autour du bâtiment, a été construit sur le côté sud de la tour après la suppression du socle existant. Au nord du bâtiment, une loggia métallique a été réalisée en porte-à-faux entre les planchers du 1er et 2e étage.

La rénovation en quelques chiffres

– 110 pieux de 40 cm de diamètres et de 6 mètres de longueur
– 1 600 M² de panneaux photovoltaïques
– 5 000 M² de murs rideaux vitrages
– 9 000 M² de chape
– 2 000 M² de béton pour l’esplanade
– 800 M² de béton au rez-de-chaussée
– 9 000 M² de revêtement en linoleum
– 2 200 M² de plafonds
– 1 700 M² de flocage acoustique
– 500 portes intérieures
– 2 000 M² de plafonnage
– 3 nouveaux ascenseurs
– 7 000 M² de cloisons sèches
– 1 100 M² de carrelages
– 1 000 M² de cloisons acoustiques

(Photos: Ville de Liège)

219 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

Voici les premiers projets de ‘Liège, ville apprenante de l’Unesco’

2 Minute(s) de lecture
Après l’annonce en février dernier de la sélection de Liège parmi les nouvelles ‘villes apprenantes de l’UNESCO’, les autorités de la Ville…
Liège-Verviers

Les aéroports de Maestricht, Liège et Aix-la-Chapelle reliés par des vols électriques

1 Minute(s) de lecture
Electrifly, un projet pionnier de l’aviation électrique, proposera du 1er juillet au 31 août 2024 des vols électriques ouverts au public dans…
Brabant wallonLiège-VerviersNamur

D’Ariane à Maia Consulting, le cabinet de conseil en marketing spécialisé est boosté par l’IA

2 Minute(s) de lecture
À l’aube de son 4ème anniversaire, le cabinet de conseil en marketing spécialisé pour les PME B2B innovantes Ariane Consulting est devenu…