Namur

Le bon travail par rapport à la personne en ETA

2 Minute(s) de lecture

Coopératives, ETA, libérées, familiales, dirigées par un tandem ou un trio, fruit d’un management by out, etc.: nous sommes partis à la rencontre d’entreprises qui ont un modèle particulier. Aujourd’hui, rencontre avec Damien Van Miegroet, directeur de l’Entreprise de Travail Adapté Entranam à Fernelmont.

QUELLES SONT LES ACTIVITÉS DE VOTRE ENTREPRISE ?
« Les activités de notre ETA sont multiples. En 2010, nous avons acquis une menuiserie dans le zoning de Fernelmont, devenue l’une des mieux équipées du Namurois. En 2014, nous avons racheté le bâtiment de l’usine Schreder. Nous y avons installé les activités de montage-assemblage, de conditionnement, d’électronique-connectique et de conditionnement alimentaire. En 2021, nous avons construit un nouveau bâtiment qui accueille notre atelier de mécano-soudure. Nous comptons deux autres activités en dehors de nos murs, la rénovation de bâtiments et le renfort en entreprises pour lesquelles nous mettons à disposition des personnes en situation de handicap.»

QUELLE EST LA MISSION DE VOTRE ETA ?
« Notre mission est de mettre au travail des personnes en situation de toutes formes de handicap.»

QUELLE EST SON HISTOIRE ?
« L’asbl L’Entraide par le travail a été créée en 1966 pour redonner confiance par le travail aux personnes handicapées. Si les premiers travaux consistaient en la confection de paniers à pains, la production s’est vite diversifiée allant vers des productions industrielles (montages et tests de coupe-circuits, travaux d’ajustage et de bobinage pour la SNCB, réparation de téléphones, confection de têtes de câbles…). En 2005, elle deviendra l’asbl Entranam. De 10 personnes en 1966, elle en occupe aujourd’hui 240.»

COMMENT VOUS ORGANISEZ-VOUS EN TERME DE MANAGEMENT ?
« L’organisation diffère quelque peu d’une entreprise classique du fait que nous avons besoin de plus de support et d’encadrement pour notre personnel. Nous travaillons avec des moniteurs, des chefs d’atelier qui encadrent, eux-mêmes supervisés par un responsable de production. Une de nos spécificités est un aspect social plus important. Des assistantes sociales viennent en support de nos travailleurs.»

QUELS SONT LES AVANTAGES DE CE MODÈLE ?
« Outre le chiffre d’affaires que nous réalisons, notre société est subsidiée par l’Avicq. Cela nous permet d’offrir un contrat classique à notre personnel.»

QUELLES DIFFICULTÉS RENCONTREZ-VOUS ?
« Comme d’autres entreprises, nous travaillons en sous-traitance, donc nous sommes rythmés par la conjoncture économique. Parfois aussi, nous avons du mal à trouver les bons profils qui doivent être un peu pointus. Nos ateliers de mécano-soudure ou de menuiserie demandent des profils différents de ceux du conditionnement, par exemple. Trouver du personnel d’encadrement n’est pas toujours évident non plus. Il y a encore souvent cette image qu’on se fait des ETA, alors que nous sommes professionnalisés comme les autres entreprises.»

COMMENT ÊTES-VOUS PERÇUS PAR LES CLIENTS ?
« Certains peuvent venir dans l’optique d’obtenir un bon prix, alors que nous recherchons plutôt des partenariats. D’autres sont convaincus par notre mission sociale de mettre des personnes handicapées au travail.»

QUEL EST VOTRE RAYON D’ACTION ?
« Nous travaillons plutôt localement en région namuroise, mais nous avons aussi quelques clients historiques dans d’autres provinces.»

EN QUOI POUVEZ-VOUS INSPIRER DES RESPONSABLES D’ENTREPRISES ?
« Nous pouvons être une source d’inspiration car nous avons à coeur de trouver le bon travail par rapport à la personne, et non l’inverse. Notre mission est sociale, mais nous devons aussi veiller à assurer la pérennité de l’entreprise.»

UN CONSEIL À DONNER ?
« Le bien-être au travail est important chez nous, il doit être une priorité dans toutes les entreprises.»

Photo : Bernard-Dacier

253 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Namur

Building Culture construit des ponts entre les acteurs immobiliers

1 Minute(s) de lecture
L’histoire remonte à la période Covid. « J’étais monté à la Citadelle de Namur avec mon frère » se souvient Baptiste Falmagne, étudiant-entrepreneur….
Liège-VerviersNamur

Facturation électronique obligatoire : il est temps de se mettre à la page…

3 Minute(s) de lecture
A partir du 1er janvier 2026, la facturation électronique sera obligatoire entre entreprises, et ce peu importe leur taille… Et il ne…
Namur

Coris BioConcept, un nouveau bâtiment pour plus de tests de pathologies

2 Minute(s) de lecture
Installée depuis plus de vingt ans dans le parc scientifique Crealys à Gembloux, la société Coris BioConcept vient d’emménager dans son tout…