Brabant wallonHainautLiège-Verviers

Qui sont les jeunes entrepreneurs durables plébiscités par la Fondation pour les Générations Futures ?

6 Minute(s) de lecture

La Fondation pour les Générations Futures a récemment mis en exergue les jeunes entrepreneurs durables lauréats Prototyping the Future 2024 et SE’nSE 2023.

Ces jeunes ont été sélectionnés par des jurys d’experts indépendants pour leurs réalisations à 360° au service d’un monde habitable pour les générations futures. Le soutien que la Fondation leur apporte – grâce à ses mécènes – se fait en phase précoce de développement lors du prototypage de leur solution et lors du lancement de leur start-up.

13 lauréats Prototyping the Future

Le programme Prototyping the Future de la Fondation pour les Générations Futures – qui a vu le jour grâce au Fonds Albert Vanhee – vise à soutenir les étudiants-entrepreneurs qui développent un produit, un service ou une technique porteuse d’impact sociétal positif. Ce soutien aux étudiants prend la forme d’une bourse de maximum 5.000 € et s’adresse à des initiatives en phase de prototypage – après l’élaboration d’un concept, et avant son lancement sur le marché –, qui est une étape clé du parcours de jeune entrepreneur.

Parmi ces 13 lauréats, cinq relèvent de la MedTech au service d’un monde plus humain prenant en compte les besoins de santé et de bien-être des personnes, permettant une transformation de leur vie quotidienne :

  • Allow Motion (Liège) ambitionne de redéfinir la mobilité grâce à des prothèses personnalisées, abordables et technologiquement avancées. L’impression 3D et l’intégration de l’IA redéfinissent les possibilités en créant des prothèses qui restaurent non seulement la fonction des membres perdus mais aussi la confiance en soi des patients amputés. A l’origine du projet, Joachim et Dylan Delporte, deux frères, l’un diplômé en gestion de production et l’autre étudiant en biologie des organismes et environnements sont coachés par le VentureLab à Liège par Hubert Brogniez.
  • Peach (Liège) développe une ceinture chauffante discrète et pratique pour soulager les douleurs menstruelles. Une femme sur deux souffre de douleurs menstruelles et un tiers d’entre elles utilisent la chaleur pour soulager leurs douleurs. Maria Farcas, Melissa Kaci, Lucie Mathues Bilginer et Clément Vermeylen ont conçu Peach, un dispositif chauffant qui se présente sous la forme d’une bande à placer autour des hanches. Elle cible les zones douloureuses telles que le bas du ventre et le bas du dos. Ces étudiants en ingénierie civile aux diverses spécialités (en informatique, chimie & sciences de matériaux, électricité et biomédical) à l’UCLouvain et ULiège sont incubés par le VentureLab et coachés par Jean-Marc Poncelet.
  • P’easy (Louvain-la-Neuve), un système permettant aux personnes à mobilité réduite de vidanger elles-mêmes leur sonde urinaire. Un grand nombre de personnes à mobilité réduite porteuses de sonde urinaire sont confrontées à une problématique quotidienne : la nécessité de dépendre d’une tierce personne, 4 à 5 fois par jour, afin d’effectuer la vidange de leur poche urinaire. Accompagnés par l’Yncubator et coachés par Larissa Stocchi, Pauline André, Amélie Verbist – toutes deux psychomotriciennes de formation – et Thibault Delime – étudiant en informatique – lancent P’easy, un système permettant de vidanger sa sonde urinaire par soi-même, favorisant des déplacements plus libres des personnes à mobilité réduite et optimisant leur qualité de vie.
  • b.stim (Gand) améliore les soins de santé mentale grâce à une stimulation cérébrale personnalisée.
  • Vocomemo (Bruxelles) est un enregistreur vocal innovant pour accompagner les patient·es Alzheimer dans leur quotidien.

Un autre projet veut révolutionner le processus de deuil et le rendre plus accessible : the afterlight (Flandre Occidentale) est un espace de commémoration intimiste pour transmettre un message à un proche décédé.

Une autre initiative relève du « Highdesign-LowTech » et s’attache à l’amélioration du bien-être animal : Ullys (Bruxelles) développe une botte de refroidissement durable facilitant la cryothérapie chez les chevaux.

Tucoo (Liège), relevant du « LowHighTech », est un système de leasing de PC écologiques, alimentés par le cloud, redéfinissant sécurité et durabilité numérique. Nicolas Wyrzykowski, étudiant en informatique (réseaux et télécommunications), constate que de nombreux étudiants possèdent des ordinateurs surpuissants par rapport à leurs besoins. Il cherche une solution au gaspillage, qu’il présente au VentureLab, où son projet est incubé et où il est coaché par Olivier Rahier. Tucoo vise à révolutionner l’industrie informatique en créant des ordinateurs éco-responsables, optimisés pour les tâches quotidiennes, avec une nouvelle génération de systèmes d’exploitation basés sur le cloud. Tucoo renforce la sécurité en centralisant l’OS et les applications, réduisant le risque de cyber-attaques.

Rover (Alost) fait de l’upcycling, partant de matériaux industriels récupérés pour concevoir des produits design :

FungiPack (Brabant wallon) est une initiative qui attaque le marché très concurrentiel des emballages biodégradables afin de réduire drastiquement la pollution plastique. Elle est composée d’une équipe de quatre étudiants de l’UCLouvain : Victoria Jamar (ingénieure de gestion), Camille Horion (sciences économiques), Grégoire Denef (ingénieur civil) et Victoria Schreck (bioingénieure). Cette équipe pluridisciplinaire est incubée à l’Yncubator de Louvain-la-Neuve et coachée par Sophie Trenteseaux. L’idée de FungiPack est de proposer un emballage biodégradable aux entreprises, fabriqué à partir de mycélium. Il se veut résistant, léger, imperméable et sur mesure et représente une solution d’avenir pour un secteur de l’emballage plus respectueux de l’environnement.

Deux projets lauréats s’attachent à booster la mobilité douce de nos bambins :

  • JustSayInnovate (Brabant flamand) est un mécanisme de freins pour vélo BMX pour enfant, adaptable et augmentant la sécurité et la durabilité du vélo.
  • Loopz (Bruxelles) est un abonnement vélos pour enfants proposant une solution sécurisante et évoluant avec l’enfant.

Pistil (Louvain-la-Neuve) s’emploie à mécaniser des procédés de production alimentaire hyper fragile afin de les rendre plus abordables. Derrière ce projet, il y a un jeune bioingénieur de l’environnement diplômé de l’UCLouvain, Sébastien van Wassenhove. Ce projet, rendu concret grâce au soutien de l’Yncubator et de son coach Eric van Cutsem, a pour objectif de rendre la culture du safran plus compétitive en Europe. La réintroduction de la production de cette épice passe par la diminution de ses coûts. C’est pourquoi Pistil propose de développer des outils mécaniques facilitant la cueillette et diminuant le besoin en main d’œuvre. Cultiver localement permet en outre de garantir la traçabilité et la qualité de l’épice à un prix raisonnable et cohérent.

Les 3 lauréats du Fonds SE’nSE

Doté par son fondateur Pierre Mottet, rejoint par d’autres mécènes, notamment via le Fonds Aether pour les Générations Futures, le Fonds SE’nSE (Seed Equity & Sustainable Entrepreneurship) soutient les entrepreneurs développant des projets à impact environnemental élevé en leur proposant des moyens financiers sous forme de capital d’amorçage, du partage d’expérience et du réseautage.
Le jury a sélectionné trois jeunes entreprises qui se partageront cette année 100.000 € sous forme de prêts subordonnés.

  • Bring Back (Liège) propose un service de lavage de contenants alimentaires en verre réutilisables. Laurent Halmes, Fanny Grommerch et François Tonneau sont partis du constat que le réemploi du verre est 5 fois plus écologique que son recyclage. Il est moins énergivore (épargne 79% d’émission de CO²) et consommateur en eau (30% de moins que la production de verre neuf). Le système de consigne n’est pas nouveau en Belgique, mais actuellement fortement limité aux très grands industriels de la bière, des softs et de l’eau. Bring Back souhaite déployer la consigne pour tous les producteurs alimentaires et de boissons, indépendamment de leur taille ou du type de produit.  
  • Waste-end (Gosselies), lancé par Lola Brousmiche et Nathan Pletinckx, est un biodigesteur pour valoriser les déchets alimentaires des collectivités. La biométhanisation est un procédé déjà implémenté à l’échelle industrielle et dans de grandes exploitations agricoles. L’objectif de Waste-end est de le rendre accessible au niveau du secteur de la restauration, de l’hôtellerie et des collectivités (écoles, maisons de repos, hôpitaux…). L’entreprise souhaite proposer une technologie low-tech qui fait rentrer ces acteurs dans la boucle de l’économie circulaire tout en leur permettant de réaliser des économies sur le coût du traitement de leurs déchets organiques.
  • Companion.energy (Gand) est un logiciel aidant les entreprises à optimiser leur consommation et stockage d’énergie renouvelable.

    (Photo: Fondation pour les Générations Futures)
203 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Brabant wallonHainautLiège-VerviersNamurWallonie picarde

L’UWE et les CCI passent à l’AKT

2 Minute(s) de lecture
L’Union Wallonne des Entreprises (UWE) et les 5 Chambres de Commerce et d’industrie (CCI) wallonnes ont décidé d’unir leurs destins pour former…
Brabant wallon

Acquisition de Digiteal par la société norvégienne Aera Payment & Identification

2 Minute(s) de lecture
De grands acteurs nordiques de la grande distribution, NorgesGruppen et Coop Norge, ont conclu une alliance avec Colruyt Group et Credendo afin…
Liège-Verviers

Reno.energy a le marché des panneaux photovoltaïques pour les écoles du réseau

1 Minute(s) de lecture
Le Secrétariat général de l’enseignement catholique (SeGEC) a fait le point sur le programme d’investissement sans précédent dans le secteur scolaire, destiné…