Liège-Verviers

Roland Vermeire (Vermeire Belting) : la passe de trois

6 Minute(s) de lecture

Dans l’univers des entreprises familiales, nombreuses sont les sociétés à chuter sur la marche de la 3e génération. Déjouant les statistiques, Vermeire Belting a su éviter l’écueil, confortant ainsi son rang de leader belge de la transmission de puissance. Héritier de cette 3e génération, Roland Vermeire pilote ce fleuron régional aux côtés de son frère Benoît et de sa sœur Anne. Un trio complémentaire au sein duquel le “nous” prime toujours sur le “je”.
centreeC’est à Ensival que Vermeire Belting a établi ses quartiers. Un emplacement tout en discrétion, à l’image de cette société qui n’a jamais cherché à s’exposer pour exister.
Depuis 1946, l’entreprise familiale est spécialisée dans la transmission de puissance. «Concrètement, et pour faire court, notre métier est d’assurer l’entrainement des machines au travers de différents organes de transmission, en ce compris la motorisation, explique Roland Vermeire, Administrateur et petit-fils du fondateur. Cette activité nous amène à évoluer dans des secteurs extrêmement variés. Une diversité rendant notre travail passionnant.»
Roland Vermeire a rejoint les rangs de l’entreprise en 1993. «Mon arrivée devait se limiter à un dépannage, mais après avoir mis un pied dans la société, le deuxième a rapidement suivi.»
C’est en 1995 que cet ingénieur civil va gagner ses premiers galons de dirigeant en relevant un challenge délicat : «Nous venions de faire l’acquisition de l’un de nos fournisseurs, SERAX. En raison d’importantes difficultés, ce fabricant de poulies installé dans le Nord de la France avait considérablement réduit son effectif. L’outil de production était obsolète et le climat social n’y était pas des plus heureux.» Loin de se laisser désarçonner par les piquets de grève et l’ampleur de la tâche, Roland Vermeire va patiemment remettre l’outil sur rails. Une nouvelle fonderie est inaugurée, l’atelier de production est modernisé. Des investissements grâce auxquels SERAX performe encore aujourd’hui. Roland Vermeire aurait pu poursuivre sa carrière dans l’Hexagone. « Mais, tant pour des raisons familiales que pour relever d’autres défis au sein du groupe, j’ai préféré retrouver ma région d’origine.»
CCIMAG_VERMEIRE-PROOF-3994Depuis lors, il forme aux côtés de son frère et de sa sœur un trio managérial aux compétences complémentaires : «Grâce à une formation en comptabilité et finances, Anne assure la gestion administrative du groupe. Diplômé d’HEC, Benoît prend en charge l’organisation commerciale. Je partage avec lui la gestion des produits et la stratégie, tout en m’occupant de nos filiales et de l’informatique, domaine que j’affectionne particulièrement. Aussi étonnant que celui puisse paraître, nous nous réunissons rarement. Mais nous savons que nous pouvons, à tout moment, solliciter l’avis des 2 autres. Etant tous dotés d’un solide caractère, des coups de gueule  peuvent survenir, mais ils ne compromettent jamais l’intérêt de l’entreprise. Ici, le “nous” doit toujours l’emporter sur le “je”.»
Une vingtaine d’années après avoir pris les commandes de la société, la 3ème génération n’a pas à rougir de son bilan. Sous son impulsion, Vermeire Belting s’est plus encore professionnalisé tout en explorant de nouvelles contrées, dans et en dehors de nos frontières. Un essor, notamment, rendu possible par l’impressionnant stock sur laquelle la firme peut s’appuyer. «Nos  40.000 références nous permettent de livrer nos clients dans la journée, là où nos concurrents demandent des semaines, voire des mois.»  Voici 3 ans, cette gestion ultra performante a attiré le regard d’un géant : Siemens. Le fabricant allemand a choisi le groupe Vermeire pour assurer la distribution de ses moteurs électriques basse tension sur le BELUX. Résultat : Vermeire Belting a quintuplé ses ventes de moteurs électriques. « Cette collaboration ambitieuse avec Siemens a également dopé notre visibilité, éveillé un sentiment de fierté en interne tout en facilitant le recrutement de nouveaux ingénieurs. Conjugué au développement de la Business Unit Vermeire Motion  qui propose des solutions intégrées (IDS), ce type de partenariats nous ouvre immanquablement de nouveaux horizons ! »

 

BIO EXPRESS

  • Né le 7 novembre 1968, à Verviers
  • 1980 : entame ses humanités générales au Collège Saint-François-Xavier
  • 1991 : obtient son diplôme d’Ingénieur Civil – Electromécanicien (option Aérospatiale) à l’ULg
  • 1992 : complète son cursus par une formation d’Ingénieur Industriel en Automation à la KIHO (Gent)
  • 1993 : intègre le département électronique de la société familiale, Vermeire Belting
  • 1995 : prend de la direction de l’usine SERAX Transmissions, dans le Nord de la France
  • 1999 : assure le redéveloppement de SERAX en inaugurant une nouvelle fonderie et en modernisant ses ateliers
  • 2001 : rejoint la direction du groupe Vermeire Belting
  • 2008 : pilote la reprise des Aciers Crustin, à Verviers
  • Marié, père de 3 filles
  • Passionné par les voyages, la photographie, la gastronomie et les technologies

COUP DE GENIE
« J’ai beaucoup d’admiration pour ces inventeurs qui, tout au long de l’Histoire, ont créé des machines aussi révolutionnaires que performantes. Je leur laisse donc le génie, un terme que je n’oserais m’approprier.
Aujourd’hui, une nouvelle révolution se présente sur la route des industriels, celle de l’industrie 4.0. Tournant le dos à la production de masse, ce nouveau paradigme devrait nous emmener sur la voie de la digitalisation de l’industrie. Grâce à une flexibilité et une numérisation accrue des équipements et des lignes de production, les usines seront ainsi capables de fabriquer des produits correspondant aux attentes spécifiques du client dans des délais très courts, tout en consommant moins d’énergie et moins de matières premières. Une mutation profonde qui pourrait s’avérer porteuse pour l’industrie européenne.
A notre échelle, nous espérons modestement  contribuer à cette révolution industrielle en assistant nos clients dans le développement de leurs machines. La collaboration établie, en 2014, avec Siemens  – acteur majeur dans l’essor de l’industrie 4.0 – en est une belle illustration. Outre un accroissement de nos ventes, elle a permis aux équipes techniques de Vermeire Belting et de Siemens Belgique de collaborer. Ce partenariat témoigne de la réelle complémentarité pouvant exister entre une multinationale leader mondial et une PME familiale. »

COUP DE CŒUR
« Je ne vais pas l’adresser à ma famille, ce serait cousu de fil blanc. Je le dédie avec plaisir à nos collaborateurs, à toutes celles et ceux sans qui l’entreprise n’aurait pu devenir ce qu’elle est aujourd’hui. Conscients de l’importance de ce capital immatériel, nous avons toujours investi dans l’humain. Une politique qui porte ses fruits si l’on se fie à  notre  faible taux de turn-over. Ici, il n’est pas rare de croiser des collaborateurs qui affichent plus de 30 années d’ancienneté au compteur. Jusqu’à présent, le record est détenu par un salarié qui a évolué chez nous durant 53 ans ! Il avait été recruté par mon grand-père alors qu’il n’avait que 17 ans. Il a ensuite évolué aux côtés de mon père et fût très apprécié de la 3ème génération. Arrivé à l’âge de la pension, il a joué, durant quelques années encore, les prolongations. Cela en dit plus qu’un long discours…
Dans un monde en perpétuel changement où les repères tendent à disparaître, nous avons le sentiment que l’entreprise familiale peut être un lieu de stabilité et d’épanouissement pour de nombreuses personnes.»

COUP DE GUEULE
« Je profite de cette question pour exprimer à la fois un constat et un regret. Alors que le contexte est difficile pour l’emploi, nous éprouvons de réelles difficultés à recruter de nouveaux collaborateurs. Nous cherchons des personnes présentant des aptitudes techniques, mais affichant également des connaissances en langues, principalement en néerlandais (ndlr : en Belgique, Vermeire Belting réalise la moitié de son chiffre d’affaires en Flandre). Cette double compétence est quasiment introuvable sur le marché du travail. Et pour cause : le néerlandais est négligé à tort par de nombreux francophones tandis que l’enseignement technique demeure trop peu valorisé. Une situation regrettable qui souligne aussi le fossé existant entre l’enseignement et les attentes des entreprises.»

DU TAC AU TAC

Quelle est votre plus grande qualité ?
L’honnêteté. A mes yeux, elle est la condition première de beaucoup choses.

Votre plus gros défaut ?
Ne pas pouvoir cacher mes défauts. Tous ceux qui me côtoient savent que je suis nerveux, exigeant, direct… C’est ainsi, je suis comme ça.

Une devise ?
«On doit prendre les petites décisions avec sa tête et les grandes avec son cœur.» Cette citation m’évoque de nombreuses situations. Je pense, notamment, aux rachats d’entreprises que nous avons concrétisés. En la matière, nos choix n’ont jamais été guidés par un tableau Excel, mais par le feeling et la relation que nous entretenions avec le revendeur.

Si c’était à refaire…
Je ferais la même chose tout en essayant d’adopter une approche plus cool et détendue. Je serais plus « fun » comme disent mes filles.

 Vermeire Belting, c’est :

  • Le leader belge des produits de transmission pour l’industrie
  • 1 groupe composé de 5 sociétés réparties sur 3 pays (Belgique, France et Allemagne)
  • 1 unité de production d’organes de transmission
  • 1 société spécialisée dans les aciers étirés
  • Plus de 5.000 clients industriels présents sur l’ensemble du Benelux, la France et l’Allemagne
  • 22 millions € de chiffre d’affaires dont 25% à l’exportation
  • 1 stock de 20.000 m² affichant 40.000 références
  • 70 années d’expérience
  • 1 actionnariat 100% familial

 

Vermeire Belting : Rue de la Filature n°41 à 4800 Ensival (Verviers) – Tel : 087/32.23.60 – info@vermeire.comwww.vermeire.com

359 posts

À propos de l’auteur
Rédactrice en chef (Liège-Namur)
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

Le Conseil d’administration confirme Leon Van Rompay au poste de CEO de Mithra

2 Minute(s) de lecture
Le Conseil d’administration de Mithra a confirmé la nomination de Leon Van Rompay au poste de Chief Executive Officer. En février dernier,…
Liège-Verviers

Le Fonds Simenon est désormais en Outremeuse à Liège

3 Minute(s) de lecture
L’Université de Liège, depuis 1976, est bénéficiaire de la donation que Georges Simenon lui a faite de ses archives littéraires, patrimoine exceptionnel…
Liège-Verviers

Première en Wallonie : le Port de Liège accueille un transfert transfrontalier de terres contaminées en vue de leur traitement et leur recyclage au Port de Monsin

3 Minute(s) de lecture
La société Envisan, division environnementale du groupe Jan De Nul spécialisée dans le traitement et la valorisation des déchets et concessionnaire du…