Brabant wallonWallonie

6è édition du baromètre Credendo-Roularta : les problèmes d’approvisionnement des exportateurs…

3 Minute(s) de lecture

Dans son numéro 43 du 28 octobre 2021, le magazine « Trends Tendances », au départ des résultats de la 6è édition du baromètre Credendo-Roularta (ndlr : enquête réalisée du 20/09 au 12/10), analyse la situation du commerce extérieur notamment sur le plan de la question de l’approvisionnement. Si l’indice de confiance des répondants dans le climat économique mondial remonte pour atteindre le niveau de 2018, certaines questions et appréhensions demeurent, dans le chef de nos exportateurs, quant aux problèmes d’approvisionnement. 

Revoir la chaine d’approvisionnement

Ainsi, si la pandémie, de façon globale est citée en priorité comme impact important sur les activités d’exportation, elle est directement suivie par ces derniers (ndlr : avant le Brexit, les conflits régionaux, la guerre commerciale USA-Chine et les dérèglements climatiques).

La plupart des répondants (29,7%) prévoient que ces soucis dans la chaine d’approvisionnement seront résolus au 2è trimestre 2022, alors que les plus optimistes envisagent une résolution du problème au 1ersemestre 2022 (20,3%). Ils sont un peu plus de 10% (13,7%, précisément) à l’attendre « d’ici la fin de l’année » et 7,1% à avoir déjà réglé cette question. Près de 14% de nos exportateurs n’envisagent pas d’embellie avant 2023.

Ils sont plus de la moitié des participants à l’enquête (52,8%) à affirmer avoir connu des problèmes d’approvisionnement ces derniers mois, que ces derniers soient liés à une absence de livraison des produits attendus (31,6%), une livraison tardive des produits (24,6%) ou une augmentation importante des prix des produits (16,2%).

La fourniture de pièces de rechange semble avoir causé bien des tracas aux entreprises (45,6%), ainsi que celle des matières premières (29,1%), des matériaux de construction (20,9%), des semi-conducteurs(17%), matériaux électroniques (12,6% – ndlr « autres » : 12,1%).

Le sondage pointe encore la répercussion sur les prix consécutive aux difficultés d’approvisionnement des entreprises : ils sont 40,7% à admettre avoir dû augmenter les prix pour cette raison et 32,4% à envisager de le faire.

Une large majorité des répondants (65%) affirme envisager de revoir ses chaines d’approvisionnement pour résoudre l’épineux problème, qu’il s’agisse de diversifier ses fournisseurs (56%), de s’approvisionner plus localement (26%), d’élargir les stocks (25%), de produire soi-même ses composants (9%)…

Nous avons revu nos standards électroniques et changé notre méthodologie en intégrant dorénavant le risque d’imprévisibilité” (R. Branders, FIB in Trends-Tendances – 28/10/2021)

Témoignage R. Branders, FIB

Invité à témoigner sur la pénurie de composants et pièces, René Branders (CEO FIB, leader mondial dans la conception et la fabrication de lignes de fours industriels pour la production de fils d’acier) a illustré la situation de son entreprise en indiquant que celle-ci devait faire face à des délais, pour certains composants, passés de 8 à 32 semaines. Certains des sous-traitants de FIB sont eux-mêmes contraints de mettre parfois à l’arrêt leur production pour cause de manque de pièces. Et la hausse des prix de l’acier n’arrange rien à la situation, hélàs !

Enfin, l’entreprise sise à Saintes, subit aussi de plein fouet, comme les autres, l’augmentation du prix des transports et de l’énergie. 

« Nous avons revu nos standards électroniques et changé notre méthodologie en intégrant dorénavant le risque d’imprévisibilité », a expliqué le CEO de FIB, Président de la Chambre de Commerce & d’Industrie du Brabant wallon. “En ce qui nous concerne, le prix du conteneur est passé de 1500 à 4000 dollars, certains conteneurs s’étant négociés jusqu’à 22.000 dollars. C’est pourquoi, pour certaines destinations, le prix est prévu dès le départ. Nous avons des contrats avec un prix de transport fixé trois mois avant l’expédition…”

René Branders est encore revenu sur les pénuries retardant les problèmes de livraison avec un exemple concret d’alternative : “[…] Nous avons dû diviser en 2 lots une livraison pour l’Argentine : le premier, avec une certitude pour le délai, le second, avec beaucoup moins de certitude. Tout cela est décidé, évidemment, avec l’accord du client…”

209 posts

À propos de l’auteur
Rédactrice en chef (Brabant wallon - Hainaut - Wallonie picarde)
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Wallonie

Les organisateurs de voyages vont bientôt disposer d’un prêt pour le remboursement des bons à valoir Corona

1 Minute(s) de lecture
Les voyageurs n’ayant pas encore été remboursés de leur bon à valoir Corona peuvent être rassurés : les organisateurs de voyages vont bientôt…
Wallonie

L'Horeca et le catering au bord de la noyade

2 Minute(s) de lecture
40% de chiffre d’affaires en moins par rapport à la même période avant Corona. La 4ème vague Corona et les mesures supplémentaires…
Wallonie

Coronavirus : droit à l’absence rémunérée pour les utilisateurs de l’outil d’auto-évaluation (‘Self Assessment Testing’)

3 Minute(s) de lecture
Afin de réduire la pression sur les centres de dépistage et les médecins généralistes, les autorités ont mis sur pied une nouvelle…