Liège-Verviers

Dossier “Managers d’origine italienne” : le portrait de Dominique Petta (4m Group)

4 Minute(s) de lecture

Managers d’origine italienne : leur botte secrète…

Ils ont vu le jour sous le ciel de la péninsule italienne, en Sicile ou en Belgique. Leur famille s’est installée en Wallonie et ces fils d’immigrés y ont grandi, y ont fait pousser leurs affaires sans couper leurs profondes racines. Ils témoignent quotidiennement qu’on peut être d’ici et d’ailleurs et réussir ici sans renoncer à cultiver les souvenirs et images d’ailleurs. Pourquoi leur demander de trancher : vert-blanc-rouge ou noir-jaune-rouge ? Laissons-les s’exprimer, en français ou en italien, non importa ! Découvrez le parcours, l’interview décalée ou les proverbes illustrant les valeurs et formes de management de nos chefs d’entreprise d’origine italienne…

 

Dominique Petta (58 ans) – 4m Group

Détenteur d’un diplôme en dessin industriel et bâtiments, Dominique Petta a, contre toutes attentes, débuté sa carrière par la création d’un laboratoire dentaire aux côtés de son épouse, dentiste. Au bout de 5 ans, ayant fait le tour de la question, il collabore avec des groupes internationaux pour l’importation et la distribution de textile.  En 1995, il fait ses premiers pas dans le monde de la résine. En 1998, il crée 4m Europe qui, en quelques années, s’impose comme l’un des leaders européens de pose de revêtements de sol en résine. Aujourd’hui, tout en occupant la tête de 4m Group, Dominique Petta se consacre à son rôle de Consul honoraire d’Italie pour les provinces de Liège et de Luxembourg.

L’intervista

Les origines : « Ma famille est originaire du Molise, région adjacente aux Abruzzes sur la côte adriatique. Plus précisément, nous provenons de Castelmauro, un charmant petit village où mes parents avaient une exploitation agricole. Avant que nous nous installions en Belgique, mon père a travaillé en Suisse pendant une dizaine d’années. Il était charpentier sur de grands chantiers autoroutiers et revenait, tous les 3 mois, à la maison. Pendant ce temps, ma mère nous élevait tout en s’occupant de la ferme familiale. Ne voulant plus être séparé de nous, mon père a cherché un travail qui permette à la famille de se réunir. Il a décidé d’émigrer en Belgique, encouragé par ma tante qui était établie depuis plusieurs années à Beyne-Heusay. »

L’arrivée: « Nous avons quitté le Molise en 1969, alors que j’étais âgé de 10 ans. Venant d’un petit village, j’ai ressenti un premier choc en découvrant la gare de Milan grouillant de monde. Lors de mon arrivée en Belgique, ne parlant pas français, il a été décidé de m’inscrire en 2ème primaire. Ce fut une immense frustration pour moi qui suivais des cours de 4ème année en Italie. Autre difficulté :  le racisme exprimé par certains condisciples. Il m’est ainsi arrivé d’être pris à parti dans la cour de récré et de me faire traiter de ‘sale macaroni’ ou de ‘sale italien’. Je peux vous assurer que cela forge le caractère. Mais fort heureusement, au bout de quelques mois, j’avais sympathisé avec tout le monde. A l’époque, mes bonnes prestations sur les terrains de football m’ont également aidé à gagner le respect de mes camarades. »

Les valeurs familiales: « Mes parents ont transmis à leurs 5 enfants des valeurs de respect et d’honnêteté. Ils aspiraient à ce que nous menions une vie moins rude que la leur. Ils nous ont donc encouragés à nous montrer ambitieux, notamment, en entreprenant des études.
Ma mère gérait la ferme familiale comme une petite entreprise. Elle a communiqué cet esprit entrepreneurial à ses enfants puisque nous avons tous créé notre propre société. La première à lui avoir emboité le pas est ma sœur Lucie qui a fondé son entreprise de confection alors qu’elle avait 18 ans à peine. Aujourd’hui, c’est la 2ème génération qui se lance à son tour, et avec succès, dans l’entrepreneuriat. »

Le cœur: « Je suis attaché à mes racines italiennes et reste italien dans l’âme. Mais la Belgique est mon pays d’adoption, qui m’a permis de devenir ce que je suis aujourd’hui. »

Ce qui est mieux en Italie que partout ailleurs: « C’est un pays d’art, avec une proportion importante de bâtiments classés à l’Unesco.  J’aime également la cuisine, la mode et le design. »

L’endroit que vous préférez dans la Botte: « Avec mon premier salaire perçu en tant que jobiste chez Cockerill, j’ai emmené à Venise celle qui allait devenir mon épouse, elle-même vénitienne d’origine. C’est ma ville préférée et depuis lors, j’y retourne régulièrement pour me ressourcer. La richesse au niveau artistique et culturel y est inépuisable. »

Comme beaucoup d’Italiens, êtes-vous amateur de foobtall ?: « Comme tout italien qui se respecte, j’aime le football et je soutiens la Squadra Azzura. J’ai une petite préférence pour le Milan AC des années 80, qui sous la houlette de son entraineur Arrigo Sacchi a adopté un style offensif totalement inédit à l’époque pour une équipe italienne. En Belgique, je suis attaché au Standard. »

Un mot sur votre titre de Consul honoraire : « J’ai été très fier que les autorités italiennes me nomment Consul honoraire d’Italie, un titre honorifique certes, mais surtout une mission très importante. J’ai la responsabilité de représenter une communauté de plus de 60.000 personnes, et je me fais un devoir d’exercer ma fonction diplomatique avec autant d’exigence et d’ardeur que pour mon rôle de chef d’entreprise. Il ne s’agit pas que d’un rôle de représentation contrairement à ce que l’on pourrait croire, mais d’un réel investissement humain et financier. »

Deux proverbes italiens traduisant votre philosophie de travail

  • « Fra galantuomini, parola è instrumente (Entre gens d’honneur, parole vaut contrat). Si je dis à une personne qu’elle a ma parole, elle peut avoir l’assurance que je n’y dérogerai pas. »
  • « Chi non arde non incende (Si l’on n’est pas ardent, on n’enflamme pas les autres). Tout ce que j’entreprends, je le fais avec passion. Et comme nous sommes en Cité ardente, comment ne pas choisir celle-ci ! »

4 m Group : Z.I. Cour Lemaire, 11 à 4651 Battice – Tel : 087/69.35.35 – www.4mgroup.com

363 posts

À propos de l’auteur
Rédactrice en chef (Liège-Namur)
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

L’appli Totemus a généré 750 000 € de chiffre d’affaires dans le secteur du tourisme en Wallonie et à Bruxelles

1 Minute(s) de lecture
Totemus est une application gratuite qui propose un réseau de balades connectées sous forme de chasse au trésor, accessibles 24h/24 et 7j/7,…
Liège-Verviers

HEC Liège lance sa formation Sustainable and Climate Finance

1 Minute(s) de lecture
Notre société évolue de plus en plus rapidement et le monde de la finance n’échappe pas à la règle. Face à une volonté…
Liège-VerviersNamur

Frais propres à l’employeur : changement à partir des revenus 2022

1 Minute(s) de lecture
À partir de l’année de revenus 2022, le montant des remboursements des frais qu’un employeur ou une société verse respectivement à ses travailleurs…