Namur

Une nouvelle spin-off de l’UNamur au chevet des eaux souterraines

5 Minute(s) de lecture

Comment caractériser les eaux souterraines ? Comment savoir à quelle vitesse elles s’écoulent, par quel tracé précis elles passent, comment identifier leurs potentielles sources de contamination et d’interaction ? C’est à toutes ces questions et à ces applications, parmi de nombreuses autres, que la nouvelle spin-off TRAQUA de l’UNamur est capable de répondre. TRAQUA évoque Tracking (suivi) et Water, en plus du latin « Aqua » pour l’eau, plusieurs consonances pour une société experte en techniques et analyses scientifiques dans le domaine de l’hydrogéologie. TRAQUA propose une technologie innovante mise au point à l’UNamur : STREAM®, une sonde de fluorescence et de turbidité unique en Europe, compacte et autonome, au service de la protection d’une ressource vitale.

La majorité de l’alimentation en eau potable de la population mondiale est d’origine souterraine, stockée dans des roches aquifères. En Wallonie, 80% de l’eau de distribution provient du sous-sol ! Précieuses, ces réserves sont plus que jamais mises sous pression par leur utilisation croissante qui impacte tant leur qualité que la quantité d’eau disponible. Bien qu’elles soient cachées sous nos pieds, les eaux souterraines sont pourtant extrêmement vulnérables aux activités humaines en surface. Mieux les connaitre, pour mieux gérer leur utilisation et les protéger, est donc une mission indispensable pour garantir un accès pour tous à l’eau et à l’assainissement dans le futur. Et c’est celle que se fixe TRAQUA, la nouvelle spin-off de l’UNamur créée par Amaël Poulain, hydrogéologue issu du Département de géologie de l’UNamur et Sofie de Volder, business développeuse. « Notre objectif est de proposer des méthodes et des données scientifiques pour documenter, analyser et résoudre des problématiques liées aux écoulements de l’eau. Le milieu visé n’est pas uniquement naturel, puisque nos méthodes peuvent être employées pour des analyses dans des réseaux artificiels (égouts, réseaux de distribution), des milieux industriels, des zones urbaines ou des chantiers de construction », explique Amaël Poulain.

« Les services proposés vont du simple conseil sur la mise en œuvre des sondes submersibles STREAM® et les données collectées, jusqu’à la mise en œuvre complète d’une expertise avec le déploiement d’une méthodologie de surveillance sur le terrain, la collecte et l’analyse des résultats, ainsi que les conseils suivant la problématique à investiguer », ajoute Sofie de Volder.page1image1078027472

Une technologie innovante, unique en Europe

TRAQUA propose donc une gamme d’expertises hydrogéologiques et hydrologiques basées sur l’utilisation de la sonde STREAM®, une sonde de fluorescence et de turbidité unique en Europe : submersible, compacte et autonome. « Cet instrument a été créé à destination des nombreux acteurs actifs dans la gestion de l’eau et qui utilisent les méthodes de traçages hydrogéologiques par traceurs fluorescents pour répondre à leurs problématiques d’écoulements ou de gestion de la ressource en eau », précise Amaël Poulain.

Cette sonde entièrement submersible permet de mesurer automatiquement en continu sur le terrain, la présence et la concentration de nombreuses substances: traceurs artificiels, matières organiques, turbidité de l’eau, température, etc. Objectif ? Fournir un maximum de caractéristiques sur l’écoulement de l’eau étudiée.

Ce type d’instruments étant souvent coûteux à l’achat et à l’entretien, la sonde est proposée en location et vu sa portabilité peut-être facilement expédiée à l’autre bout du monde. De quoi disposer d’une méthodologie de pointe développée, fabriquée et assemblée à 100% en Belgique pour la caractérisation des écoulements souterrains du monde entier.Pratiquement, lors d’une expertise qui vise à caractériser un écoulement d’eau (souvent souterrain) on cherche à identifier les connexions hydrologiques, définir le temps de parcours de l’eau ou les caractéristiques du milieu traversé. Pour ce faire, l’équipe de terrain déploie un réseau de sondes, plus ou moins nombreuses selon la complexité du problème et du terrain : sources, puits, canalisations, rivières… les possibilités sont nombreuses. L’avantage principal de TRAQUA réside dans la portabilité et la simplicité de son dispositif de surveillance, rapide à mettre en place et qui offre au final des données à haute valeur ajoutée car la mesure est précise, automatique et réalisée à haute-fréquence (selon le contexte, toutes les minutes, toutes les 5 minutes, 10 minutes…). La plus-value n’est pas uniquement méthodologique, puisque l’expertise scientifique de TRAQUA permet ensuite d’analyser et d’interpréter ces données dans leur contexte et d’en tirer le meilleur parti pour résoudre une problématique ou apporter une caractérisation hydrogéologique.

Un terrain de recherche : le Domaine des Grottes de Han

Le Domaine des Grottes de Han est depuis de nombreuses années le terrain d’une recherche scientifique abondante et dans des thématiques très variées (géologues, karstologues, géophysiciens, archéologues, biologistes…). De nombreux acteurs du monde de la recherche s’y côtoient dans les grottes et dans le parc, venant de Belgique mais également de l’étranger.

Le département de géologie de l’Université de Namur y est présent depuis 2004, avec des recherches scientifiques axées principalement sur l’hydrogéologie karstique, caractéristique des roches calcaires fortement fissurées et donc poreuses et perméables. Ce type d’aquifères calcaires représentent de grands pourvoyeurs d’eau potable à l’échelle mondiale, mais constituent également des milieux très vulnérables et dont le fonctionnement hydrogéologique est difficile à prévoir. Han-sur-Lesse est donc un terrain de jeu très intéressant pour des scientifiques qui s’emploient, depuis plus de 15 ans, à comprendre le fonctionnement des eaux souterraines dans cette grotte emblématique: fonctionnement de la Lesse qui traverse le massif rocheux, vitesse de percolation de l’eau depuis la surface jusqu’aux stalactites, phénomènes de transports de matières en suspensions et d’ensablement de la grotte… Trois thèses de doctorat et une dizaine de travaux d’étudiants y ont déjà été menés.

Comment l’eau arrive-t-elle dans nos nappes phréatiques ? Etudier les percolations de stalactites permet d’y répondre (photo : G.Rochez)page4image1121146880

L’intérêt de réaliser une recherche scientifique dans le site de Han-sur-Lesse, à la fois touristique et emblématique en Belgique, bénéficie tant aux scientifiques et qu’aux gestionnaires de la grotte. La présence d’équipes scientifiques, la publication continue de résultats de recherches variées (pas uniquement en hydrogéologie) démontrent l’intérêt continu que peut constituer un site tel que celui de Han. Les scientifiques constituent en outre une curiosité touristique supplémentaire qui participe à l’animation mais surtout à l’éduction du public. L’intérêt des groupes de visiteurs se ressent d’ailleurs lorsqu’ils sont amenés à croiser une équipe de recherche en plein travail. Pour les scientifiques, l’intérêt (en plus de travailler sur un site d’exception), est d’avoir une visibilité directe de leur travail, au travers des touristes mais aussi des guides, qui s’informent régulièrement. La vulgarisation des recherches scientifiques est importante, et Han offre cette possibilité aux chercheurs avec un impact immédiat sur le public.

La recherche scientifique dans ce contexte est également une dimension importante dans une région récemment labélisée par l’UNESCO en tant que Geopark Famenne-Ardenne. Le fil conducteur de ce Geopark est précisément sa géologie et les roches calcaires de la Calestienne qui la parcourent d’un bout à l’autre, présentant de multiples grottes et rivières souterraines. L’étude de ces milieux naturels et l’éducation du public à ces recherches font partie intégrante de ce label et de ses multiples missions.

3087 posts

À propos de l’auteur
Publication par communiqué de presse.
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Namur

Le projet SERR’URE : une porte s’ouvre sur la production locale

3 Minute(s) de lecture
Un vaste projet européen de recherche est en train de se concrétiser sur un toit de la faculté d’Agro-Bio Tech. Il s’agit…
Namur

Namur : les Éditions Érasme proposent aux 4.000 écoles wallonnes une alternative numérique aux cahiers d’activités

2 Minute(s) de lecture
Les Éditions Érasme (Namur) ont lancé la plateforme numérique « Disco » qui s’adresse aux établissements de l’enseignement primaire et secondaire. Tous les manuels…
Namur

Analis obtient l'approbation du gouvernement fédéral pour la technologie de désinfection de l'air Novaerus NanoStrike

1 Minute(s) de lecture
Analis, une entreprise de 90 ans située à Namur et distributeur exclusif des appareils de désinfection de l’air Novaerus, a reçu l’autorisation…