Liège-Verviers

Depairon : un nom, cinq générations

3 Minute(s) de lecture

Coopératives, ETA, libérées, familiales, dirigées par un tandem ou un trio, fruit d’un management by out, etc. : nous sommes partis à la rencontre d’entreprises qui ont un modèle particulier. Aujourd’hui, rencontre avec René Depairon, administrateur délégué de l’entreprise du même nom à Verviers.

QUELLE EST L’ACTIVITÉ PRINCIPALE DE VOTRE ENTREPRISE ?

«Nous sommes spécialisés dans la location et l’entretien de vêtements de travail. Nous vendons également du matériel de protection individuel pour le travail. Actuellement, nous occupons environ 160 personnes.»

QUEL EST VOTRE MODÈLE D’ORGANISATION ?

«Nous sommes une entreprise familiale depuis cinq générations.»

COMMENT ÊTES-VOUS ARRIVÉ À CETTE FORME ?

«C’est une histoire de 127 ans. En 1896, mon arrière-grand-père, Henri Depairon, crée un lavoir public, transformé en blanchisserie en 1920. Son fils Henri, mon grand-père, reprend l’activité avec ses fils, Henri et René, mon père. En 1967, celui-ci lance un service de location et d’entretien de vêtements de travail. En 1971, ma soeur Yvonne et moi nous le rejoignons. En 1978, nous déménageons rue du Limbourg. A partir de 2001, la 5e génération, Virginie, Charlotte, Fabien et Emilie, débarque.»

QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR PARVENIR À CE MODÈLE ?

« La condition sine qua non est de bien s’entendre! Pendant des décennies, j’ai fonctionné en binôme avec mon père. Nous étions complémentaires et l’un ne s’occupait pas des affaires de l’autre. On ne se marchait pas sur les pieds. Avec la jeune génération, c’est pareil. Nous nous partageons les responsabilités. Chacun est responsable de son département. Le conseil d’administration, c’est nous. Il est important qu’il y ait une bonne synergie entre nous.»

QUEL EST VOTRE MOTEUR ?

« Quand j’ai été nommé administrateur délégué, j’avais 37 ans, j’en ai aujourd’hui 71. La retraite ? Pas pour moi. Le droit de rouiller ne m’intéresse pas. Je préfère continuer.»

QUELS SONT LES AVANTAGES DE TRAVAILLER EN FAMILLE ?

«Lors des inondations en 2021, notre entreprise a été complètement rasée, les 24 000 m² étaient sous 2 mètres d’eau. Nous avons vécu une période assez rock n’ roll ! Ce qui nous a sauvés, c’est cette solidarité au sein de l’entreprise avec le personnel, nos fournisseurs, nos collaborateurs, et la famille. Il a fallu que chacun prenne ses responsabilités. On s’est réparti le travail. Avec ça, les plus jeunes ont pris quinze ans d’expérience. Ils ont montré à quel point ils aimaient l’entreprise. Tous les quatre à des postes de management, ils ont prouvé qu’ils étaient capables de prendre de bonnes décisions et de diriger. Cela nous a permis de penser la réorganisation de l’entreprise. Une expérience humaine passionnante. Six mois après, c’était reparti. »

VOUS ARRIVEZ À NE PAS PARLER BOULOT EN FAMILLE ?

« On essaie de ne pas trop parler boulot lors des réunions et fêtes familiales. Ce n‘est pas toujours évident. A un moment, on y arrive toujours. Quand on est passionné par son boulot, ce n’est jamais une corvée d’en parler. »

COMMENT EST-CE PERÇU PAR LE PERSONNEL ?

« C’est rassurant pour eux de savoir que tout ne dépend pas d’une seule personne. Quand, le lendemain des inondations, j’ai annoncé qu’on ne baissait pas les bras, il y a eu un engouement. ‘Si la famille y va, on la suit.’ Ça a boosté tout le monde. »

ET LES FOURNISSEURS, CLIENTS ?

«Nous sommes très attentifs à la qualité de nos services pour qu’on ne parle pas de nous en mal car nous portons le nom de la société. Pour eux, c’est plus rassurant de travailler avec une famille qu’avec une multinationale.»

EST-CE REPRODUCTIBLE DANS D’AUTRES ENTREPRISES ?

«Dans certaines entreprises, cela ne se passe pas toujours bien. Les plus jeunes veulent mettre le patriarche à la retraite, ou bien les enfants ne s’entendent pas. Un modèle dans lequel nous ne sommes pas.»

QUEL CONSEIL DONNERIEZ-VOUS ?

« De communiquer et de partager.»

(Photo Depairon)

258 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

The Huggy’s Bar devient Huggys, et poursuit son expansion

1 Minute(s) de lecture
La date du 22 juillet 2024 marque un tournant dans l’aventure entrepreneuriale de The Huggy’s Bar qui s’appelle désormais Huggys. L’enseigne de…
Liège-Verviers

Ces entrepreneuses, ‘toutes des graines de changement’ : clap 2e

1 Minute(s) de lecture
Dès septembre, le VentureLab démarre à Liège la 2e édition de son programme de renforcement et de rencontres à destination des femmes…
Liège-Verviers

SERIE D’ETE - Des roues de vélo pour les compétitions

2 Minute(s) de lecture
‘Ces entreprises qui font vivre le sport’. Euro de football, JO, Paralympics… : 2024 est une année sportive. L’opportunité de lever le…