Liège-Verviers

La recette de l’actionnariat salarié

3 Minute(s) de lecture

Coopératives, ETA, libérées, familiales, dirigées par un tandem ou un trio, fruit d’un management by out, etc.: nous sommes partis à la rencontre d’entreprises qui ont un modèle particulier. Aujourd’hui, rencontre avec Sébastien Menu, cofondateur et administrateur délégué de Broptimize SA à Waremme.

QUELLE EST L’ACTIVITÉ PRINCIPALE DE VOTRE ENTREPRISE ?
« Nous avons trois grandes activités. D’abord, nous gérons les contrats d’énergie pour les entreprises. Nous sondons le marché et négocions les contrats de manière totalement indépendante auprès des fournisseurs. Une fois le contrat négocié, nous gérons l’ensemble du contrat, y compris les aspects administratifs. Nous nous occupons des contrats d’énergie d’environ 4.000 entreprises en Wallonie et à Bruxelles, soit pour près de 8.000 bâtiments. Ensuite, nos bureaux d’études techniques réalisent les audits énergétiques et les études de préfaisabilité (photovoltaïque, biométhanisation, éclairage; froid, HVAC,…) afin d’évaluer les pistes d’amélioration pour diminuer la consommation des clients. Enfin, nous accompagnons le client durant l’ensemble des travaux jusqu’à la mise en oeuvre des solutions d’optimisation énergétique et nous monitorons les moyens de production et de consommation d’énergie au quotidien.»

QUEL EST VOTRE MODÈLE D’ORGANISATION ?
« Depuis juillet-août, suite à la demande de plusieurs employés, nous mettons en place une dynamique d’actionnariat salarié en interne en la combinant avec une levée de fonds. Nous avons rencontré des chefs d’entreprise l’ayant mis en oeuvre pour voir pourquoi et comment ils l’avaient fait. Nous donnons aux membres du personnel qui le désirent et après une année de présence la possibilité d’investir dans l’entreprise.»

COMMENT ÊTES-VOUS ARRIVÉ À CETTE DÉMARCHE ?
« J’ai le double diplôme droit-gestion de l’ULiège et HEC. Mon frère Michaël a complété son diplôme d’ingénieur civil par une année de gestion. Notre mère est indépendante. Quand on a su que 85% des entreprises ne géraient pas leurs contrats d’énergie, on s’est dit qu’on avait intérêt à le faire pour eux. Des chefs d’entreprise nous confiaient souvent qu’ils souhaitaient changer de chaudière, installer des panneaux solaires, mais ne savaient pas comment s’y prendre. Un autre créneau pour nous. Nous avons créé Broptimize en mars 2016. On a commencé à deux, mon frère et moi. Aujourd’hui, nous sommes 80. Nous avons acheté un bâtiment à Saint-Georges, qui sera achevé dans un an, dans l‘objectif de pouvoir y installer 250 personnes.»

QUEL EST L’IMPACT SUR LA GOUVERNANCE ?
« Le fait pour un salarié d’être actionnaire lui permet de voter lors de l’assemblée générale, mais est sans impact sur sa carrière.»

QUELS SONT LES AVANTAGES DE CE MODÈLE ?
« Un sentiment d’appartenance. Les salariés recevront aussi un retour financier de la réussite de l’entreprise. Pour nous, partager cette réussite avec les salariés actionnaires est normal, elle leur est due».

QUELLES SONT LES DIFFICULTÉS ?
« La vraie difficulté est de conscientiser les employés sur ce qu’est une action, ce à quoi être actionnaire donne droit, quels sont les risques, les avantages. Un risque existe si on ne traite pas les employés de la même manière.»

COMMENT EST-CE PERÇU PAR LES DIFFÉRENTES PARTIES PRENANTES (BANQUES, FOURNISSEURS, CLIENTS) ?
« Cela ne change rien pour les parties prenantes. Forcément, un employé actionnaire sera plus engagé que celui qui ne l’est pas.»

FAITES-VOUS CONNAÎTRE CETTE SPÉCIFICITÉ VERS L’EXTÉRIEUR ?
« Pas encore, cette dynamique commence seulement à être mise en place chez nous. Plus tard oui, il n’y a pas de raison de la cacher.»

EST-CE REPRODUCTIBLE DANS D’AUTRES ENTREPRISES ?
« Oui, sachant qu’il faut s’apprêter à ouvrir tous les comptes et à avoir une confiance totale. Pour nous, c’était déjà le cas, cela ne change rien.»

UN CONSEIL À DONNER ?
« Se faire accompagner par des experts dans chaque domaine (avocats, juristes…), rencontrer des chefs d’entreprise qui l’ont fait. Il existe autant de modèles d’actionnariat salarié que d’entreprises. Il faut réussir à mettre en place le modèle qui correspond à l’entreprise.»

Photo : Broptimize

257 posts

À propos de l’auteur
Journaliste
Articles
Vous pourriez aussi aimer
Liège-Verviers

L’entreprise Schreiber surfe sur les J.O. à …Tahiti

1 Minute(s) de lecture
La société Schreiber a décroché un contrat avec les organisateurs de Paris 2024 pour installer des chapiteaux en Polynésie à… Tahiti ! Cette…
Liège-Verviers

SERIE D’ETE - Une activité sportive pour une planète plus propre

3 Minute(s) de lecture
‘Ces entreprises qui font vivre le sport’. Euro de football, JO, Paralympics… : 2024 est une année sportive. L’opportunité de lever le…
Liège-Verviers

La chocolaterie Galler se «belgicise» davantage

3 Minute(s) de lecture
Galler, la chocolaterie basée à Vaux-sous-Chèvremont, vient d’annoncer une augmentation de capital significative de 12,6 millions d’euros. « Bien que la nationalité d’une…